Baby blues, dépression post partum ou burn out maternel

Baby blues, dépression post partum, burn out maternel…Quand la dépression nous guette, quels sont les signes et que faire en ces temps de confinement qui isolent d’avantage la maman et le couple?
La maternité est une étape de vie importante et le retour à la maison peut être source d’inquiétude pour certaines, fantasmées par d’autres surtout lorsque la société nous montre Kate Middleton magnifique à la sortie de la maternité ou Rachida Dati opérationnelle pour reprendre le travail quelques jours après son accouchement.
La réalité n’est bien-sûr pas celle montrée dans les médias, fermant les yeux sur les difficultés maternelles, qui peuvent toucher le lien mère- bébé, ou l’état émotionnel de la maman submergée par l’arrivée de ce petit être pourtant tellement désiré…Et avec le confinement que nous vivons depuis quelques semaines, les mères/couples sont confrontés à d’autres problématiques comme celles de la solitude et de l’isolement.
Elles seront obligées de faire face à cela en couple ou seules dans la réalité, mais de nombreuses pistes sont à explorer si des difficultés apparaissent et si elles en ressentent le besoin.
Pour rappel, le baby blues survient quelques jours après l’accouchement et est provoqué par une chute d’hormones. Il se traduira par une humeur très changeante (la maman passe du rire à la crise de larmes sans raison apparente), tristesse, irritabilité, de l’anxiété liée à la sensation d’être dépassée par les évènements, une grande fatigue, manque d’appétit, des difficultés à dormir.
Mais qui ne dureront pas. Même s’il est est provoqué par un changement physiologique, n’hésitez pas à verbaliser les émotions qui vous traversent. Elles sont normales et plus vous arriverez à mettre de l’ordre dans vos idées et des mots sur vos maux, plus vous aurez la possibilité de retrouver un nouvel équilibre émotionnel. Chaque femme réagit de façon différente, à chacune sa singularité.
Lorsque les symptômes persistent au delà de 2 semaines et que vous vous reconnaissez dans ceux la : Extrême tristesse, culpabilité, pleurs incontrôlables, insomnie ou hypersomnie, perte d’appétit ou une suralimentation, irritabilité et colère, céphalées, courbatures et douleurs du dos, fatigue extrême, angoisses irréalistes au sujet du nourrisson ou au contraire, un désintérêt pour lui, le sentiment d’être incapable de prendre soin de l’enfant ou de ne pas être une bonne mère..Alors nous parlerons de dépression post partum.
C’est un état psychique qui nécessite une prise en charge le plus tôt possible car peuvent être en jeu  les liens qui unissent la mère et l’enfant. L’ épuisement maternel, lui se différencie dans la symptomatologie. Ce sont toutes les tâches du quotidien, la fameuse charge mentale, le manque de sommeil, l’irritabilité, la fatigue, la pression que l’on se met pour être à la hauteur de ce que les autres attendent de nous. Puis s’observe une mise à distance progressive des liens avec ses enfants et avec  le monde qui l’entoure.
Le retour à la maison est une étape de vie importante. Pour la maman qui est en manque de sommeil donc vulnérable aux émotions et dont l’identité est complètement chamboulée, elle peut  se sentir perdue dans ce nouveau rôle. Pour le couple qui a besoin de se trouver de nouveaux repères car leur monde a changé..
J’espère que ces quelques lignes vous aideront à identifier un mal être si ces mots raisonnent en vous, et que vous aurez le courage d’en parler à des proches ou sur ce  groupe Facebook, accueillant et bienveillant!
Dans tous les cas, ne restez pas seules. Vous pouvez demander à rencontrer la psychologue du service de maternité dans lequel vous avez accouché, vous rendre dans un CMP (centre médico psychologique), ou consulter un praticien en libéral ou en ligne.
Je sais bien,pour avoir pris en charge de nombreuses femmes en difficultés, que le plus dur est d’admettre qu’il y a un problème puis de gravir la première marche qui est de demander de l’aide.
Nous ne sommes pas infaillibles Mesdames, et notre imperfection nous oblige à identifier nos besoins en fonction de nos priorités.La maternité est une vague qui vient parfois nous renverser dans nos certitudes… mais on a toujours le choix de saisir cette opportunité pour apprendre et grandir.
Bon courage à toutes celles qui ont accouché ces dernières semaines, et qui vont bientôt accoucher…
Vous n’êtes pas seules !!
Marie Tabarié
Psychologue clinicienne en ligne
Pour tous les francophones du monde entier

 

2020-04-08T17:00:49+02:00